Histoire – Les bases du Feng-Shui

Au fur et à mesure que le Feng-Shui intègre la société occidentale, il prend des connotations de discipline liée à la décoration, aux couleurs, à des symboles…

Une pléthore de livres sur ce sujet ont été écris dont la plupart décrivent ce type de Feng-Shui : Un Feng-Shui adapté a la mentalité occidentale, aussi appelé le Feng-Shui des « Huit Aspirations » ou « Feng-Shui New Age ».

Ce Feng-Shui, qui certes a un effet sur la personne, ne bénéficie pas des siècles de maturation et de développement du Feng-Shui traditionnel et n’agit pas sur les mêmes pôles que le Feng-Shui traditionnel.

Il faut savoir que le Feng-Shui traditionnel est une science étroitement lié à la culture asiatique. Il s’est développé dans un contexte culturel, social et religieux bien particulier : dans l’ancienne chine, le vent et l’eau sont des éléments importants. Maitrisés, ils favorisent de bonnes récoltes et du bétail sain, ce qui permet aux populations de se sédentariser.

C’est dans ce contexte que plusieurs empereurs ont joué un rôle prépondérant dans les bases du Feng-Shui :

  • Huang Di ou l’Empereur Jaune a qui on attribue l’inventiondu Feng-Shui de par ses connaissances topographiques ainsi que le calendrier sexagésimal. Il aurait également eu connaissance de la boussole. Il aurait écrit le« Huang Di Zhai Jing » ou traité sur les résidences ainsi que le premier traité de référence de médecine Traditionnelle: le « Neijing Suwen ».
  • Fu Xi, empereur philosophe mathématicien à l’origine du premier Yi-King . Il met à jour le « He Tu » ( 河圖 Trois Harmonies : décrit l’ordre idéal de l’univers). C’est du He Tu que découle le BA GUA du Ciel antérieur.
  • Yu le Grand qui découvrit le Luo Shu ( 洛書 prédit les changements célestes et terrestres) sur lequel se base le BA GUA du ciel postérieur.
  • Ki Ch’ang ou Roi Wen va perfectionner le BA GUA du ciel postérieur pour le faire évolu
    er en diagramme de 64 hexagrammes. Il est aussi l’auteur du Yi King qui est utilisé de nos jours.

 

Le Feng-Shui (anciennement appelé Kan Yu) a prit ce nom à la suite de l’ouvrage de Guo Pu « Le livre des sépultures ». Dans cet ouvrage, spécialisé dans le choix des lieux de sépulture, il stipule :

« Quand le Qi chevauche avec le vent, il se disperse ; Lorsqu’il atteint l’eau, il s’arrête. » et « Les anciens étaient capables de condenser le Qi et l’empêcher de se disperser, le faire bouger et le faire s’arrêter. Pour cette raison, ils l’ont appelé fengshui (vent-eau) »,

(paragraphe 1.10 et 1.11 du livre « A translation of the Ancient Chinese The Book of Burial (Zang Shu) by GUO PU” traduit par Juwen Zhang,)

 

Lors des dynasties suivantes, et au fil des siècles maints sages et érudits ont participé au développement du Feng-Shui. L’accumulation d’observations empiriques et de larges expérimentations ont permit de le faire aboutir à une démarche intellectuelle.

Print Friendly, PDF & Email